Je suis une personne d’abord

Mise en page 1À l’asbl « D’une Certaine Gaieté », nous avons l’habitude de donner à la parole aux sans-voix et aux microcosmes de tout bord. Chômeurs, sans papiers, minorités genrées, précaires de tout poil… Il existe cependant des invisibles, champions toutes catégories, tellement invisibles que nous les avions à peine remarqués.

Puis, hasard des rencontres, nous avons croisé des personnes qui, potentiellement – vous le verrez –, englobent toutes ces catégories.

Les personnes ayant une déficience intellectuelle légère évoluent dans un univers pour ainsi dire inconnu, pour nous, personnes « ordinaires » (comme elles et ils aiment nous appeler) et, ce, dès leur plus jeune âge. Il faut dire que le système éducatif en Fédération Wallonie-Bruxelles joue son rôle ségrégationniste à la perfection, en parquant ces gens dans des écoles « spéciales ». D’écoles « spéciales » en ateliers « protégés », mis sous tutelle à leur majorité, tout est mis en place pour nous laisser croire que ces personnes « extraordinaires » seraient d’éternels enfants qu’il faudrait au mieux choyer, au pire cacher et surveiller.

D’un côté le régime paternaliste et militaire de la vie en institution, de l’autre la surprotection du cocon familial. C’est souvent ce qui attend ces personnes une fois adultes. L’infantilisation (voulue ou non) empêche évidemment l’évolution intellectuelle et bride la vie sexuelle et affective de ces grands enfants qui n’en sont pas.

Car ces personnes sont comme vous et moi. Si si… Elles et ils aspirent aux mêmes désirs que nous. Avoir une vie affective et un travail épanouissant. Ironie du sort, elles et ils cumulent aussi les difficultés auxquelles nous sommes toutes et tous confronté-e-s : difficulté de trouver un emploi ou un logement, chasse aux chômeurs, etc.

Les histoires que nous vous racontons dans ce roman-photos sont toutes vraies, aussi invraisemblables que certaines puissent paraître. Le processus de production mis en en place pour la construction du scénario et du storyboard dans le cadre de nos activités d’Education permanente a été sensiblement adapté, mais on ne les a pas pris par la main pour qu’elles et ils se racontent. C’est d’ailleurs le travail formidable que fait depuis sa création l’asbl « Mouvement Personne D’Abord » : donner des outils pour promouvoir l’autoreprésentation.

Venez découvrir leurs vies dans ce roman-photos et écouter comment s’est façonné le projet. Vous rencontrerez des personnes capables de construire des discours rationnels et sensibles. Leur seul « handicap », finalement, est cette grande naïveté que nous, gens ordinaires, avons perdu depuis longtemps.  

Un commentaire

  1. Ping : 1er décembre | D'une Certaine Gaieté